Trahison

22 juillet 01:22 2018 Imprimer cet Article

Trahison

En ces temps de frénésie où un tweet de Donald Trump peut faire basculer l’ordonnancement du monde, tout s’accélère. Plus de place pour le doute, pas davantage pour la nuance, il faut faire vite, très vite. Juger en urgence et condamner sur-le-champ ceux qui ont abusé et usé de la confiance du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

C’est la fin de la récréation à tous ceux qui ont fait dans le reniement, voire dans la trahison. Désormais, il ne peut y avoir de transgression spectaculaire, il y a des règles instaurées dans le pays  depuis 1999. L’heure n’est pas aux affranchis.

L’affaire des 701 kg de cocaïne et ses ramifications sont un signal d’alerte. Devant une situation aussi grave, et qui continue de nourrir les babillages insignifiants de la sphère politico-médiatique,  le doute doit être banni et l’hésitation proscrite, il faut classer, chasser, voire excommunier, il y va de la crédibilité des échéances futures.

Il serait temps d’en finir avec cette conception qui présente les actes de trahison comme de simples délits politiques, susceptibles de bénéficier de toutes les excuses.

Le temps presse, c’est vrai, et l’impatience est légitime, l’opinion publique qui veut connaître les causes de ces fritures sur la ligne,  réclame des têtes,  tout en exigeant la fin de l’impunité.

Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.