20 ans

02 novembre 02:19 2018 Imprimer cet Article

20 ans

« Il y a presque 20 ans, vous m’avez honoré de votre confiance , ô combien précieuse, alors que notre pays traversait une conjoncture difficile et que l’environnement international nous avait bannis et imposé un embargo non déclaré. Ensemble, et fort de notre foi  et puisant dans les référents de notre religion et dans les valeurs de la déclaration de la glorieuse Révolution de novembre, nous sommes parvenus, Dieu merci, à redresser la situation et à enclencher une phase de reconstruction », a écrit le président de la République, Abdelaziz Bouteflika dans son message à la nation à l’occasion du 64e anniversaire de la Révolution du 1er novembre.

En 1999, Abdelaziz Bouteflika, a promis de s’atteler à la reconstruction du pays, qui sort exsangue d’une décennie de larmes et de sang. En vieux routier de la politique, le président Bouteflika est bien conscient qu’il hérite d’une « économie en lambeaux, d’un pays meurtri et divisé et d’un peuple qui a de très fortes attentes ».

Le nouveau président qui vient de prendre ses fonctions, ne veut en aucun cas être « le gardien des cendres »,  il veut  être plutôt celui qui enclenchera « le nouveau départ ».

Ce nouveau départ, est annoncé par le projet phare du président Bouteflika : la réconciliation nationale. C’est une urgence dans le programme de Bouteflika, « une réconciliation totale entre les Algériens leur permettra de vivre enfin dans la paix civile et la sécurité », avait déclaré le chef de l’Etat en 2004.

Le président Bouteflika a réussi à « réconcilier les Algériens », un premier virage politiquement bien « négocié », puisque le 19 septembre 2005, le peuple algérien a dit « oui » à sa  Charte de la paix et de la Réconciliation. Le président vient de  remporter son premier et principal défi de la première mandature: Mettre fin à la Fitna et restaurer la paix dans le pays.

Une fois la paix et la stabilité retrouvées, le président s’est attaqué à un autre chantier, celui de la reconstruction du pays, à travers un très ambitieux programme de développement. Du nord au sud, d’Est en Ouest, l’Algérie est devenue un vaste chantier, logements, routes, eaux, infrastructures divers, aucun secteur n’est négligé. En parallèle, le président Bouteflika qui a fait la promesse de « transformer l’Algérie », a tenu parole,   en entamant d’importantes réformes, qui font aujourd’hui de l’Algérie, « un pays de droit, avec des institutions fortes ».  En près de vingt ans, l’Algérie de Bouteflika s’est « métamorphosée », présentement l’Algérie,  est un pays stable, moderne et ambitieux, qui aspire au statut de puissance émergente régionale.

Le président Bouteflika doit être fier de son bilan, il est dans son droit de rappeler les « grandes » réalisations de l’Algérie sous sa présidence, « un processus de développement qu’aucun oublieux soit-il ne peut nier ou occulter », a souligné le chef de l’Etat dans son dernier message à la nation.

Les uns et les autres doivent faire preuve d’un haut « sens patriotique », et de « sincérité politique »pour reconnaître que l’Algérie a beaucoup changé en deux décennies, le pays a fait réellement  sa mue.

Le président Bouteflika entretient avec son peuple une relation très forte qu’aucun autre dirigeant n’a jamais eu. Le président s’est toujours appuyé directement sur son peuple, un peuple qu’il a toujours considéré comme « la ligne rouge à na pas franchir »,  pour lequel il prêt à faire d’autres sacrifices.

Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.