Médecine vétérinaire: Abdelkader Bouazghi présente un nouveau projet de loi

Médecine vétérinaire: Abdelkader Bouazghi présente un nouveau projet de loi
19 février 01:27 2019 Imprimer cet Article

S’exprimant lors de la présentation du projet de loi amendant la législation en vigueur relative à l’activité de médecine vétérinaire et à la protection animale devant les députés, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a indiqué que l’amendement de la loi du 26 janvier 1988 a, en fait, pour objectif principal la mise en place d’un ordre national de vétérinaires devant regrouper près de 20.000 vétérinaires, dont «3.000 fonctionnaires», a-t-il précisé. Cet ordre national des vétérinaires permettra aux professionnels d’exercer leur activité de médecine vétérinaire «pleinement et dans les meilleures des conditions» , a également souligné Abdelkader Bouazghi. Aussi et tout sachant que 75% des maladies affectant l’homme sont d’origine animale, le rôle du vétérinaire est —par voie de conséquence— essentiel, dans la préservation de la santé publique, a expliqué le ministre qui qualifiera la médecine vétérinaire de «sensible» et de «stratégique» pour la sécurité alimentaire et la santé de l’homme. Le ministre a affirmé que que l’Ordre national des vétérinaires sera juridiquement «habilité à imposer les sanctions nécessaires à ceux qui transgressent les règles d’éthique et de déontologie».

La séance plénière a été présidée par le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchareb, en présence du ministre des relations avec le parlement, Mahdjoub Bedda.

Rédaction 







  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.