Le réseau social, terrain de campagne électorale à part entière

Le réseau social, terrain de campagne électorale à part entière
12 février 01:14 2019 Imprimer cet Article

Le réseau social est devenu un terrain de campagne à part entière. Aux Etats-Unis, on estime à plus de 5,3 milliards, le nombre de « publications », de « partages », de « likes », sur l’élection présidentielle dans ce pays. C’est de loin le sujet le plus commenté de l’année.

L’ancien président américain, Barack Obama est devenu le 6 décembre 2012, le premier « président des médias sociaux », comme l’un de ses prédécesseurs, John Kennedy, était à son époque « le premier président de la télévision ».

Barack Obama qui avait annoncé sa candidature sur Youtube, avait compris très tôt la « place essentielle » qu’occuperaient les réseaux sociaux dans sa campagne électorale.

L’ancien président démocrate, a connu des débuts difficiles, il a « renversé » la tendance, en frappant « fort » auprès des citoyens grâce à sa stratégie « en ligne ».Il a envoyé un nombre impressionnant « d’emails », de « messages Facebook » et de « tweets ». Grâce aux réseaux sociaux, il s’est adressé à « plus de gens ».

Les médias sociaux ont pesé dans la « conquête » de la Maison Blanche par Barack Obama, ils ont joué un rôle « amplificateur » lors de sa campagne. L’ancien président des Etats-Unis, est certainement, le premier homme politique qui a compris très vite que, les gens ont tendance à faire de moins en moins confiance aux « communications officielles » ou aux membres d’une certaine « élite politique ».

Aujourd’hui, les élections présidentielles se jouent en grande partie sur les réseaux sociaux. Facebook est tellement « influent » , qu’il est devenu l’outil privilégié des « présidentiables ».

Le président  Donald Trump, « ennemi » de la grande majorité des médias américains, a axé sa stratégie sur la « toile ». Lors de la campagne électorale, ses messages étaient « quatre fois » plus partagés que ceux de son adversaire, Hillary Clinton. Donald Trump a « intelligemment » utilisé les réseaux sociaux, particulièrement « Twitter », pour « attaquer », « créer des polémiques ». Il a compris le « pouvoir viral » des réseaux sociaux : il faut  parler « de soi », « bombarder », même si c’est du « mensonge ». Du clic, du clic, et encore du clic…

Aujourd’hui,  la stratégie de communication dans une campagne électorale doit être basée sur deux grandes orientations : une « campagne traditionnelle » combinée à une stratégie « en ligne » à « grande échelle ». Ces deux éléments, particulièrement  les « réseaux sociaux », sont « très importants »  et tout candidat à une élection doit tenir compte de ces deux aspects pour « faire la différence » sur la ligne d’arrivée.

Kamel Sidi Said

Consultant en stratégies de communication

Membre du Think tank Care

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.