Industrie automobile: Renault Algérie, TMC et Sovac s’affirment

Industrie automobile: Renault Algérie, TMC et Sovac s’affirment
02 février 11:56 2019 Imprimer cet Article

L’industrie automobile est le passage obligé vers la réussite de la diversification de l’économie nationale. Pour combler les retards, des politiques volontaristes ont été mises en place à travers la stratégie industrielle décidée par le gouvernement en 2014.

Cette stratégie industrielle avait deux objectifs : la réduction de la facture des importations de véhicules et le développement de l’industrie automobile.

Le premier objectif a été largement  atteint, grâce à la multiplication des usines de « montage » de véhicules, la facture qui frôlait les 8 milliards de dollars en 2014, est descendue en 2018 à moins de 2,5 milliards de dollars, ce n’est pas rien !

Quant au second objectif, il nécessite du temps et des étapes à respecter. Tout le monde sait que , la « montée en puissance » des industries automobiles a nécessité la maîtrise de secteurs entiers et complexes de l’industrie et de la recherche.

Aujourd’hui, même si tout « n’est pas parfait », dans les usines de montage de véhicules, il faut se « féliciter »  qu’elles aient  permis à l’Algérie une « réduction de la facture des importations », en cette période de chute des revenus pétroliers.

Certaines entreprises qui font dans l’assemblage, évoluent doucement mais sûrement, pour « émerger » et se « renforcer », afin d’acquérir à  plus ou moins brève échéance, certains attributs de « puissance » et de « performance ».

L’industrie automobile algérienne, naissante doit jouer un rôle « structurant » dans l’économie algérienne.

Ainsi, trois entreprises algériennes ont montré des « aptitudes » à aller très  loin, en relevant les défis de l’industrie automobile algérienne. Il s’agit de Renault Algérie, TMC et SOVAC. Incontestablement,  ces trois entreprises sortent du lot.

Malgré certains « manquements de débutants » , ces entreprises, s’affirment aujourd’hui,  comme les  « nouveaux leaders » de la filière automobile en Algérie. L’Algérie, qui ambitionne de devenir un « acteur influent » de l’automobile  dans la région, a le devoir d’accompagner ces trois « assembleurs » auxquelles les Algériens font confiance.

Renault Algérie, TMC de Mahieddine Tahkout et Sovac de Mourad Oulmi sont appelés à mettre peut-être plus rapidement que prévu des stratégies pour passer du « montage » à « l’émergence », et au « leadership », dans un secteur automobile très « mondialisé » de rapides évolutions normatives, notamment en termes de choix énergétiques et de technologies.

Zahir.A

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.