Massacres du 17 octobre 1961: la France refuse toujours de reconnaître un crime d’Etat

Massacres du 17 octobre 1961: la France refuse toujours de reconnaître un crime d’Etat
17 octobre 11:57 2018 Imprimer cet Article

 

 Cinquante-sept ans après, la France refuse toujours de reconnaître officiellement les massacres du 17 octobre 1961 à Paris, dont ont été victimes des centaines d’Algériens, comme étant un crime d’Etat, estiment des historiens et des juristes, appelant L’Etat français à reconnaître sa responsabilité de ces crimes, comme il vient de le faire dans l’assassinat en 1957 du militant français engagé en faveur de l’indépendance de l’Algérie, Maurice Audin.

Dans la nuit du 17 octobre 1961, des centaines d’Algériens et d’Algériennes qui manifestaient pacifiquement dans la capitale française pour dénoncer le couvre-feu inique et discriminatoire décrété à leur encontre par le préfet de police de l’époque Maurice Papon ont été exécutés sommairement par balles, jetés vivants dans la Seine, battus à mort ou pendus aux arbres des bois de Vincennes, selon les témoignages de survivants et d’anciens policiers français.

Le même Maurice Papon avait, lors de l’occupation de la France par les troupes nazies et alors qu’il était secrétaire général de la préfecture de la Gironde entre 1942 et 1944, participé à l’arrestation des juifs de la région bordelaise et à leur déportation vers les camps d’extermination d’Auschwitz.

S’il a été condamné en 1998 par la justice française à dix ans de réclusion criminelle pour complicité de crimes contre l’humanité, il n’a jamais été inquiété par cette même justice pour les massacres d’Algériens à Paris.

Selon Mohamed Ghafir, ancien responsable du Front de libération nationale (FLN) dans la région Nord de Paris, pendant la guerre de libération, un millier d’Algériens ont péri lors des manifestations d’octobre 1961, réprimées dans le sang par la police française, Au total, quelque 15.000 Algériens et Algériennes avaient été arrêtés lors de ces évènements et transférés au palais des Sports, au parc des Expositions et au stade Coubertin et détenus dans des conditions effroyables: battus et longtemps laissés sans nourriture et sans soins.

L’historien français Jean-Luc Einaudi, décédé en 2014, avait fait remonter de la mémoire collective en France les massacres du 17 octobre 1961 à Paris.

L’auteur de « La Bataille de Paris » évoque dans son livre « un massacre oublié pendant des décennies, refoulé par la conscience collective, étouffé par le gouvernement ».

Grâce à ses recherches, il était parvenu à mettre en lumière une bonne partie des contours de ces tragiques événements, en divulguant, notamment, une liste de 390 Algériens victimes de la répression sanglante de la police parisienne.

Pour l’universitaire français Olivier Le Cour Grandmaison, les massacres du 17 octobre 1961 de civils algériens à Paris « sont aujourd’hui connus et doivent être maintenant reconnus par l’Etat français, responsable et coupable ». « Cela passe, entre autres, par la reconnaissance qu’un crime d’Etat a bien été perpétré en ces journées d’octobre 1961 »,  a ajouté le co-auteur de l’ouvrage collectif, « Le 17 octobre 1961 : Un crime d’Etat à Paris » (La Dispute, 2001). Pour lui, ces massacres « relèvent d’une terreur d’Etat appliquée depuis longtemps en Algérie, réactivée à la suite du déclenchement de la guerre le 1er Novembre 1954 puis importée en métropole où la torture, les arrestations arbitraires, les disparitions forcées et les exécutions sommaires ont été courantes ».

Ayed Fateh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.