Les Fake News, une menace pour la démocratie ?

Les Fake News, une menace pour la démocratie ?
08 juillet 03:01 2018 Imprimer cet Article

La panique morale agitée autour des fake news l’emporte depuis l’éclatement de l’affaire des 701 kg de cocaïne sur tout autre sujet concernant l’espace publique réorganisé par internet.

Des fausses nouvelles (informations erronés ou manipulées, rumeurs infondées, canulars, etc) qui circulent dans les réseaux sociaux ont été allègrement perçues comme la possible main invisible qui induit en erreur des esprits fragiles.

Ce groupe industriel est en réalité la propriété d’un important haut responsable de l’Etat ! Ce ministre est nommé par les hommes d’affaires ! Cette promotion immobilière est la propriété d’un haut dignitaire du régime !

Pourquoi ce genre d’inepties sont-elles si populaire ? Sommes-nous une espèce particulièrement crédule ? Peut-être pas : nous sommes juste submergés d’informations. Les fausses informations, « les fake news » qui alimentent les préjugés, envahissent de plus en plus internet. Les technologies ont profondément modifié la façon dont les citoyens accèdent aux médias qui ont un traitement divergent de l’information. Souvent, les citoyens observent une réalité différente d’un média à un autre.

La diffusion virale de fausses informations est une menace réelle pour toutes les démocraties, pour lutter contre les fake news, il faut cibler les plates-formes numériques et non les auteurs des contenus. Les plats-formes numériques contribuent à la mise en place d’une gigantesque économie de la manipulation.

En Algérie, personne n’y échappe, hauts responsables, opposition, société civile, sportifs, simple citoyen, etc, ils sont tous la cible de nombreuses rumeurs sur la toile, certains « éditeurs de fake news » agissent en véritables organes de propagande mensongère. L’ampleur qu’ont prise  les fake news est sans précédent, posant de véritables dangers pour le fonctionnement démocratique de la société.

Le gouvernement, avec son statut de « mauvais communicant », semble résigné face à ce phénomène, et pourtant, il est dans l’obligation de présenter des moyens  juridiques ou autres,  pour combattre ce type de publication, et à quelques petits mois de la présidentielle, il doit s’y mettre, sachant, que des fake news, dont certaines fragmentent l’opinion publique,  auront des visées politiques et électoralistes, le temps presse…

Kamel Sidi Said

Consultant en stratégie de  communication et membre du Think tank Care

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.