Liste des produits interdits d’importation: le premier ministre reconnaît certaines erreurs et dysfonctionnements

Liste des produits interdits d’importation: le premier ministre reconnaît certaines erreurs et dysfonctionnements
15 avril 00:24 2018 Imprimer cet Article

«L’année 2017 a été difficile, notamment sur le plan économique», a indiqué samedi, le premier ministre Ahmed Ouyahia  lors d’une conférence de presse. «Cependant, les résultats obtenus sont respectables» , ajoute-t-il, précisant que les investissements enregistrés ont été de l’ordre de 3.500 milliards de dinars, dont la moitié (50%) a été engagée sous forme d’investissement directs. En 2017, le taux de croissance hors hydrocarbures a été de 3,7 %, et celui de la croissance globale a été de 2.2 %.
Le taux de chômage s’est établi à 11,7%, soit une hausse de 0,1%, comparé à celui de 2016.

Pour 2018, le premier ministre  s’est montré nettement convaincu que la situation sera meilleure au courant de cette année, non pas en termes seulement d’optimisation de la vie économique, mais aussi en matière de consolidation des acquis sociaux. Pour cause, il cite l’augmentation par l’État du volume des budgets, la dynamique indéniable dans l’investissement «boostée» davantage depuis le 2e semestre 2017, sans oublier l’importance des pluies enregistrées devant impacter très positivement sur le rendement agricole.

Pour le Premier ministre, la limitation des importations, décidée par l’État dès le début de cette année, offre davantage des marchés nationaux aux importateurs locaux. Toutefois, et selon Ahmed Ouyahia, le décret exécutif relatif à la liste des produits interdits d’importation, publié dans le Journal officiel, comporte certains «erreurs et dysfonctionnements qui seront corrigés». «Nous avons pris la décision d’arrêter l’importation de certains produits finis, cependant, nous avons découvert que la liste nécessite des précisions, vu que certains produits qui constituent des intrants pour l’industrie locale ont été inscrits dans la liste des produits interdits d’importation. Cette erreur sera corrigée»,  a-t-il expliqué.

Il précise en outre que l’opération de révision de la liste des produits interdits d’importation se fera tous les 3 ou 6 mois en fonction des insuffisances constatées dans tel ou tel produit.

«Dans le cadre des démarches visant à rectifier la politique de subvention, le gouvernement veille à épargner les catégories à faible revenu et la classe moyenne qui constitue l’épine dorsale du pays», a affirmé le Premier ministre. Il a qualifié d’«inacceptable», le fait que le système des subventions tel qu’il est de mise aujourd’hui manque de «ciblage» et bénéficie même à ceux percevant des salaires pouvant atteindre les 100 millions de centimes.

«Une réalité qui doit changer», indique Ahmed  Ouyahia, qui est exclu du coup, tout changement dans la politique de subvention sociale en 2018.

Zahir.A

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.