Noureddine Bedoui fait état d’enquêtes en cours sur l’agression de médecins résidents

Noureddine Bedoui fait état d’enquêtes en cours sur l’agression de médecins résidents
11 janvier 10:37 2018 Imprimer cet Article

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a fait état hier d’enquêtes en cours sur «l’agression» de médecins résidents, lors de leur mouvement de protestation la semaine dernière dans l’enceinte du Centre hospitalo-universitaire Mustapha-Bacha (Alger). Dans une déclaration à la presse, à l’issue de la présentation d’un exposé sur le règlement budgétaire de son secteur pour l’exercice 2015 devant la commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), le ministre a répondu, au sujet des «allégations d’agression» de médecins résidents par la police, mercredi 3 janvier, que «des enquêtes sont en cours, pour mettre la lumière sur toute cette affaire». «Tous les médecins algériens, y compris les médecins résidents, sont des enfants de l’Algérie ayant bénéficié de tous les moyens nécessaires pour devenir médecins», a affirmé le ministre, insistant sur l’importance «de suivre la voie du dialogue et de la concertation pour exprimer les revendications et préoccupations des citoyens et des différentes catégories professionnelles». Il a rappelé également «les fermes instructions du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour que les portes des institutions constitutionnelles demeurent ouvertes devant tous les citoyens pour exprimer leurs préoccupations et propositions dans le respect des lois de ces dernières». 

APS

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.