Sidi Bel-Abbès: une ville en mutation

Sidi Bel-Abbès: une ville en mutation
02 janvier 00:57 2018 Imprimer cet Article

Cinquième ville du pays après Alger, Oran, Constantine et Annaba, Sidi Bel-Abbès s’est toutefois métamorphosée au vu des imposants équipements réalisés au titre des différents programmes de développement pour arracher d’abord le statut de pôle industriel fièrement représenté par l’ENIE et de universitaire à  travers ses deux grands pôles totalisant, aujourd’hui, un effectif de l’ordre de 36.000 étudiants sans compter ces nouvelles zones urbaines venus se greffer ou mieux étendre un tissu urbain dont la gestion devient quelque peu problématique.
L’introduction du moyen de transport moderne qui est le tramway a davantage égayé son paysage et reconfiguré son territoire puisque toute sa distance de 14,5 km fut aménagé et illuminé pour lui offrir un autre standing. Il ne reste sans doute que la matérialisation de l’opération d’aménagement de Oued Mekkerra dont les études ont été finalisées, pour la perfection de l’œuvre et la modernité de la cité âpres des actions de restauration du vieux bâti engagées simultanément et la promotion de ses espaces verts et sites de détentes à l’image du jardin public et du boulevard de la Macta. Même la complexité de l’opération  du  ramassage des ordures a été traitée à la suite de la création d’une entreprise de wilaya Nadifcom et le redéploiement et la redynamisation du centre d’enfouissement en attendant la création d’une société spécialisée dans la gestion urbaine appelée à assurer un équilibre et à veiller sur une homogénéité.
La nouvelle assemblée communale issue du dernier scrutin doit impérativement valoriser de ces investissements et innover en outre pour rendre attractive cette ville. Il y a du pain sur la planche pour les élus toutes tendances confondues sommés de se placer au dessus et de servir et la collectivité et le citoyen. «Je suis animé d’une grande volonté pour mener à bien le développement de notre commune. Je demande de l’aide naturellement pour réaliser nos objectifs suivant les priorités…», nous confie le Président de l’APC, Adda Boudjellel Tewfik, déterminé à aller au bout de l’effort pour accomplir sa mission. Cette forte détermination peut être assimilée à une ambition démesurée au regard des difficultés et du sous-encadrement de l’administration qui est le principal outil d’exécution du programme. Absolument, l’administration communale demeure singularisée par un manque de cadres compétents pour accompagner le développement local et améliorer les prestations de service public d’où la nécessité de recourir par exemple à des détachements internes des directions techniques d’agents qualifiés en mesure de relever le défi.

Rédaction

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.