Le président Bouteflika instruit le gouvernement d’assurer le paiement des créances des entreprises

Le président Bouteflika instruit le gouvernement d’assurer le paiement des créances des entreprises
23 novembre 19:51 2017 Imprimer cet Article

Le président  de la République, Abdelaziz Bouteflika,  a instruit le gouvernement de prendre les dispositions appropriées pour assurer, sans délai, le paiement des créances détenues par des entreprises publiques, privées et étrangères ayant fourni à l’Etat des  prestations en biens ou en réalisations.

Pour rappel, le projet de Loi des finances de 2018, qui sera soumis, la semaine prochaine, au vote de l’Assemblée populaire nationale (APN), prévoit dans son  budget d’équipement une provision de 400 milliards DA pour le remboursement des entreprises algériennes et étrangères qui détiennent des créances sur l’Etat et ses démembrements.

A ce propos, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait considéré que cette mesure était salutaire pour les entrepreneurs, d’autant que les pouvoirs publics ont prolongé les délais de réalisation en vue d’accorder  davantage de temps aux entrepreneurs qui subissent des pressions financières.

Pour sa part, le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, Abelwahid Temmar, avait affirmé, il y a quelques mois, lors d’une réunion avec les représentants des organisations d’entrepreneurs, qu’un travail était en cours pour améliorer le cadre organisationnel relatif au paiement des créances des entrepreneurs pour éviter les retards, ajoutant que des instructions ont été données dans ce contexte à la Caisse nationale du logement (CNL).

Rédaction

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.