Sûreté nationale: découverte à Ghardaïa de deux ateliers de confection de faux uniformes

Sûreté nationale: découverte à Ghardaïa de deux ateliers de confection de faux uniformes
08 novembre 01:22 2017 Imprimer cet Article

 Les services de la Sûreté nationale ont découvert récemment à Ghardaïa deux ateliers clandestins de confection d’uniformes identiques à ceux de la Sûreté nationale, impliquant 10 individus dont 5 ressortissants africains, indique la Direction générale de Sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.

« Agissant sur renseignements, les services de la Sûreté nationale ont mis en échec un plan criminel visant à porter atteinte à la sécurité et aux biens du citoyens », a déclaré à la presse le commissaire principal de la police judiciaire, Samir Benallal.

Une opération de « qualité » a permis « la découverte de deux ateliers clandestins de confection d’uniformes et de pièces de broderie identiques à ceux de la Sûreté nationale ainsi que des équipements similaires à ceux utilisés pour le maintien de l’ordre public », a-t-il précisé, ajoutant que « les membres de ce réseau criminel au nombre de 10, dont 5 africains, ont été tous arrêtés ».

« L’opération, parfaitement coordonnée, a été menée sur la base d’informations faisant état d’artisans en maroquinerie s’adonnant, dans des ateliers clandestins, à la confection et à la vente d’uniformes et pièces de broderie identiques à ceux de la Sûreté nationale », a expliqué l’officier de police, ajoutant que « les décentes effectuées, après la saisie de la juridiction territorialement compétente, ont donné lieu à la découverte d’uniformes et d’écussons identiques à ceux de la Sûreté nationale et des matraques similaires à celles utilisées pour le maintien de l’ordre public ».

Il s’agit de « 14 uniformes, 14 pantalons et 7 vestes ainsi que des manteaux similaires à ceux portés par les éléments de la Sûreté nationale, outre plusieurs équipements identiques à ceux utilisés par la police nationale à l’image de gilets par balles, de ceintures à balles, de matraques, de 27 insignes de brigade de recherche et d’investigation (BRI),

162 petits insignes de police, 10 galons et plusieurs ordinateurs », a indiqué le commissaire principal Benallal.

L’officier de police a fait savoir que tous les mis en cause ont été présentés aux juridictions territorialement compétentes pour les chefs d’inculpation de « constitution de bande de malfaiteurs dans le but d’attenter à des personnes et des biens, acquisition et fabrication d’armes prohibées, vente et recel d’objets et d’uniformes réglementaires et recrutement de ressortissant étrangers sans autorisation ».

Cette opération de sécurité « anticipative » dénote de « la détermination de la police nationale à faire face à la criminalité sous toutes ses formes et faire échec à tous les plans criminels visant à porter atteinte au citoyen et aux biens, a-t-il conclu.

Rédaction

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.