Béjaïa: la ville plonge dans l’insalubrité

Béjaïa: la ville plonge dans l’insalubrité
21 octobre 01:40 2017 Imprimer cet Article

La ville de Béjaïa, chef-lieu de wilaya, connaît une grande morosité dans l’amélioration du cadre de vie des citoyens. Une ville qui plonge de plus en plus dans l’insalubrité, l’absence d’éclairage, la détérioration des routes, les embouteillages au quotidien ; en un mot, Béjaïa s’est recroquevillée sur elle-même et s’étouffe.  La ville a perdu de son image d’hospitalité et d’accueil, qu’elle a connue jadis et plusieurs visiteurs le témoignent. Aujourd’hui, les insuffisances se sont accumulées, à tel point qu’il est difficile aux responsables de cette commune de trouver les solutions adéquates. Plusieurs quartiers et même les artères principales sont plongés dans le noir pour absence d’éclairage public. Même à l’entrée de la ville, la route nationale N° 9 en venant de Tichy et la RN 12 à partir de Bir Essalem, de même que la RN 24 via la côte ouest sont dépourvues d’éclairage, rendant la circulation dangereuse. Les quartiers ne disposent d’aucun espace vert ni aires de jeux et sont transformés en véritables cités dortoirs. « Une ville boulot-dodo ».  Bejaia ne dispose plus de toilettes publiques et celles déjà existantes sont transformées à d’autres besoins avec la bénédiction des élus locaux. La place du 1er-Novembre (ex- Gueydon) qui surplombe le port est dans un piteux état. Sol crasseux, des pots de café jonchent toute la placette. La saleté est omniprésente dans chaque coin. Des poubelles qui débordent, des gravats sur les trottoirs, des crevasses sur les routes, des murs pleins de lambeaux d’affiches dont certains datent de plusieurs mois. Bejaia respire la pollution. Tous les visiteurs témoignent de ce laisser-aller flagrant et surtout de l’absence de  charme et d’hospitalité dont jouissait jadis cette ville très connue. D’ailleurs cette situation alarmante a fait de Bejaia la ville qui a connu le plus grand nombre de protestations des citoyens, avec la fermeture des routes et des rassemblements devant le siège de la wilaya, qui exigent l’amélioration de leur cadre de vie dans cette commune, l’une des plus riches du pays. Des citoyens qui ne réclament que l’éclairage, le bitumage des routes, l’alimentation en gaz de ville et de l’eau potable dans les robinets. Des revendications légitimes et qui ne nécessitent pas de gros efforts. Des besoins sociaux qui devraient être la priorité des responsables locaux dont certains ont fait des promesses sans lendemains et un fonds de commerce durant leurs campagnes électorales. Cette situation n’a pas laissé indifférent le wali de la wilaya qui a dénoncé à maintes reprises ce laxisme des élus de la commune de Bejaia qui disposent de tous les moyens humains, matériels et financiers. Jamais Bejaia n’a connu une dégradation de son cadre de vie aussi alarmant que ces dernières années, un constat que toute la population vit au quotidien, mais aucune solution ne pointe à l’horizon.  Certes, Bejaia mérite de véritables gestionnaires pour retrouver toute sa beauté et sa propreté et lui redonner sa véritable hospitalité pour accueillir ses visiteurs. Les ruelles et places publiques sont transformées en parkings « abusifs » autorisés par les gestionnaires de cette commune. La placette du palmier jouxtant la wilaya, qui devait servir de lieu d’implantation d’un projet administratif, est transformée pour l’organisation des foires et galas, qui se succèdent durant l’année et une partie de cette superficie en parking « réservé ».

Rédaction

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.