La pollution tue neuf millions de personnes par an dans le monde

La pollution tue neuf millions de personnes par an dans le monde
20 octobre 13:10 2017 Imprimer cet Article

Un décès sur six survenu en 2015 dans le monde était lié à la pollution, essentiellement à la contamination de l’air, mais aussi de l’eau et des lieux de travail, estime un rapport publié vendredi dans la revue The Lancet.

« On estime que les maladies causées par la pollution ont été responsables de 9 millions de morts prématurées en 2015, soit 16% de l’ensemble des décès dans le monde », évalue ce rapport, issu de deux ans de travail d’une commission associant la revue médicale britannique, plusieurs organismes internationaux, des ONG et une quarantaine de chercheurs spécialisés dans les questions de santé et d’environnement.

Ce bilan représente trois fois plus de morts que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis, et 15 fois plus que ceux causés par les guerres et toutes les formes de violence.

La pollution de l’air (extérieur et intérieur) est responsable à elle seule de 6,5 millions de décès chaque année, principalement à travers des maladies non transmissibles comme les maladies cardiaques, les AVC, le cancer du poumon et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).

La pollution atmosphérique, principalement provoquée par l’industrie et les véhicules à moteur est responsable de 4,5 millions de décès par an. L’air intérieur, avec 2,9 millions de morts prématurées, est surtout vicié à cause des foyers à feu ouvert utilisés pour la cuisine et le chauffage dans les pays pauvres. A titre de comparaison, le tabac tue 7 millions de personne chaque année.

L’eau polluée serait liée à 1,8 million de morts, via par exemple un mauvais assainissement ou la contamination des sources, causes de maladies gastro-intestinales et d’infections parasitaires.

La pollution sur le lieu de travail en causerait environ 800 000, via l’exposition à des substances toxiques ou cancérigènes. La revue médicale appelle à « s’attaquer d’urgence à la situation et à battre en brèche, le mythe selon lequel la pollution serait une conséquence inévitable du développement économique ».

Lydia Agoumath

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.