Baccalauréat: aucune modification au bac 2018

Baccalauréat: aucune modification au bac 2018
11 octobre 02:08 2017 Imprimer cet Article

Il faut dire, selon la ministre du secteur, qu’aucune modification ne sera introduite cette année à l’examen du baccalauréat. Mme Benghebrit avait déclaré que «le dossier de réforme de baccalauréat était au niveau du gouvernement pour examen», affirmant que le système du baccalauréat de cette année (2017-2018) «ne subira pas de modifications» d’autant que «l’organisation de cet examen national suivra le même protocole que celui adopté pour le baccalauréat 2017».  Les propositions contenues dans le document, devant, selon Mme Benghebrit, assurer le «renouveau» de l’école algérienne. La ministre, qui avait livré les grands axes de la réforme de l’examen du bac, avait annoncé une application “progressive”, puisqu’elle s’étalera sur une période de 5 ans. Nouria Benghebrit avait indiqué que le consensus est établi sur la réduction de la durée de l’examen du bac de 5 à 3 jours seulement. La ministre a, en outre, déclaré qu’il était temps de “sortir du bac généraliste” et d’aller vers un bac spécialisé, en annonçant qu’à l’avenir, “l’identité de la spécialité” sera prise en compte. Selon elle, un consensus a été établi “pour que l’évaluation continue” et donc pour que “l’effort fourni par l’élève tout au long de l’année soit pris en compte”.
La ministre a également précisé que les principes de base qui font déjà consensus s’articulent, en plus de la non-suppression de matières, autour des modalités d’évaluation (écrite et continue), de la différenciation entre les matières de spécialité et les matières secondaires. Par ailleurs, Nouria Benghebrit a affirmé que l’enseignement en langue arabe «sera maintenu, mais que la terminologie scientifique, qui est fondamentale, sera désormais introduite en langue française et anglaise, dans les manuels scolaires et les glossaires». Les propositions relatives à la réforme en question, comporte la réduction de la durée de l’examen de 5 à 3 jours seulement. La réforme prévoit également l’obligation faite à tous les candidats au baccalauréat, quelle que soit leur filière, d’inclure les deux matières que sont l’arabe et la philosophie. Les autres propositions portent sur la volonté d’aller vers un bac spécialisé et la prise en considération de l’identité des filières, ainsi que le contrôle continu qui, désormais, “comptera dans la note finale”, afin de “revaloriser l’évaluation pédagogique de l’enseignant et lui redonner du sens”. Concernant les questions du baccalauréat qui seront posées aux candidats, il est prévu que “le contenu des épreuves (…) devrait progressivement porter sur des questions qui exigent beaucoup plus l’analyse que la mémorisation”, et ce, notamment pour «diminuer le recours aux cours privés», et afin de «contrer les tentatives de fraude».

Lydia Agoumath

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.