Tunisie: le président Béji Caïd Essebsi lance la débat sur l’égalité homme-femme

Tunisie: le président Béji Caïd Essebsi lance la débat sur l’égalité homme-femme
14 août 04:01 2017 Imprimer cet Article

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a lancé ce dimanche le débat sur le sujet délicat de l’égalité entre femmes et hommes en matière d’héritage, jugeant que son pays se dirigeait inexorablement vers l’égalité « dans tous les domaines ».

Le chef de l’Etat s’exprimait à l’occasion de la « Fête de la femme » en Tunisie, qui célèbre tous les 13 août la promulgation en 1956 du code du statut personnel (CSP), un texte qui a accordé plusieurs droits aux femmes et aboli la polygamie et la répudiation. La Tunisie est depuis considérée comme pionnière dans le monde arabe en matière de droits des femmes, même si ces dernières continuent d’hériter généralement uniquement de la moitié de ce qui revient aux hommes, comme le prévoit le Coran.

« Nous avons une constitution disposant que l’Etat est civil, mais tout le monde sait que notre peuple est musulman, et nous ne voulons pas aller dans des réformes qui choqueraient le peuple tunisien. Mais il faut que nous disions que nous allons vers l’égalité entre hommes et femmes dans tous les domaines. Et toute la question réside dans ‘héritage » a dit le président tunisien, qui a annoncé avoir formé une commission chargée d’étudier « la question des libertés individuelles et de l’égalité dans tous les domaines ». Il a aussi annoncé avoir demandé au gouvernement de retirer une circulaire datant de 1073 et empêchant le mariage des Tunisiennes musulmanes avec des non-musulmans.

Sofia Alkhodja

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.