La ligue Professionnelle de Football fait le point

La ligue Professionnelle de Football fait le point
16 juillet 03:12 2017 Imprimer cet Article

La Ligue Professionnelle de Football, présidée par Kerbadj, s’est réunie jeudi dernier avec les présidents de clubs afin de débattre de questions relatives aux problèmes auxquels ils sont confrontés ces derniers temps. Il est vrai qu’ils sont nombreux, surtout que la manne financière a tendance à se raréfier du fait que nombreux sont les clubs qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Il est vrai que tout le monde « vivote » grâce aux moyens des pouvoirs publics. Ce qui est anormal pour des clubs professionnels. C’est-à-dire que six ans après le lancement du système professionnel, on n’arrive toujours pas à s’auto-financier. Face à ces difficultés évidentes, les présidents de clubs trouvent un mal fou pour honorer leurs engagements contractuels avec leurs joueurs. Ils les recrutent à grandes pompes, mais lorsqu’il s’agit de les payer comme convenu, selon les modalités du contrat, ils se débinent. De plus, ils ne veulent pas que leurs joueurs s’adressent à la Commission des règlements des litiges pour faire valoir leurs droits et surtout récupérer leur argent. Personne ne joue pour des « prunes ». Le plus souvent, nombreux sont les joueurs qui ne sont pas payés pendant plusieurs mois. Ce qui est énorme !
De tels cas sont nombreux prouvant que les présidents de clubs sont en train de « vendre du vent » à leurs joueurs, mais surtout à leurs supporters en leur promettant qu’ils vont jouer carrément le titre, alors que réellement, ils n’en n’ont pas les moyens. Au fond, ce n’est que de la « poudre aux yeux » pour faire durer le suspense, mais aussi assurer clairement leur longévité. Ces situations de conflits pour non-paiement des salaires des joueurs ont tendance à se répéter d’année en année au point où la FAF et la LFP sont contraintes d’agir. Il faut donc réagir pour faire évoluer les choses. On ne peut pas continuer dans cette voie qui mène à un « cul-de-sac ». C’est-à-dire une voie sans issue. Après la réunion entre le président de la LFP et les clubs de l’élite (Ligues 1 et 2), il a été décidé de renforcer la CRL par deux présidents de clubs, l’un issu de la Ligue1 (Hassan Hammar) et l’autre de la Ligue2 (Meddouar). On ne comprend pas comment la LFP de Kerbadj, qui est pourtant très « futé », accepte que deux présidents fassent partie de cette commission alors qu’on sait qu’ils peuvent être juge et partie. Comment peuvent-ils faire lorsque leurs joueurs sollicitent cette structure pour faire valoir leurs droits. Il est certain qu’ils n’auront jamais gain de cause. Outre cela, des joueurs convoités par ces deux présidents peuvent être « débauchés » facilement. C’est-à-dire indirectement, ils auront des moyens de pression pour recruter les joueurs qu’ils voudront. Et c’est ce qui va arriver lorsque cette proposition sera effective. Il est certain que la CRL doit rester une commission autonome par rapport aux acteurs du football afin que personne ne puisse l’utiliser comme un moyen pour dicter sa loi aux autres.

Rédaction sportive

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.