Abdelmadjid Tebboune dans la capitale: une visite et des messages

Abdelmadjid Tebboune dans la capitale: une visite et des messages
16 juillet 04:13 2017 Imprimer cet Article

 Le Premier ministre, qui a visité le chantier de la grande mosquée d’Alger, n’a pas caché sa colère face au retard constaté dans l’exécution des travaux.  Fin connaisseur des différentes étapes liées à la réalisation de ce projet qu’il eu déjà à inspecter à maintes reprises du temps où il était ministre de l’Habitat, M. Tebboune qui a inclus la Grande mosquée d’Alger dans sa visite de travail et d’inspection, effectuée hier dans la capitale en sa qualité de Premier ministre, a été ferme dans sa manière de le rappeler. Il a ouvertement sermonné le premier responsable de l’entreprise chinoise, CSCEC. Le retard constaté sur les lieux et que le Premier ministre a dénoncé sévèrement en usant de propos qui sonnaient comme des mises en garde exprimées se rapportent notamment aux travaux de l’habillage du minaret d’une longueur dépassant 250 mètres (le plus haut au monde), le bétonnage d’une partie de la salle de prière, de même que pour la mise en place des décors calligraphiques. S’agissant de la décoration et de la calligraphie, M. Tebboune tiendra à rappeler que le ministère des Affaires religieuses était la seule partie habilitée à effectuer ce genre de choix artistique. Les excuses par lesquelles les responsables en charge de l’exécution des travaux se sont employés à justifier ce retard qui, faut-il le répéter, a provoqué l’ire de M. Tebboune ont été tous rejetés d’un revers de la main.

Le premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, qui a imposé son style, est  le premier ministre, qui incarne le mieux l’autorité de l’Etat. Abdelmadjid Tebboune, n’a pas l’intention de s’isoler dans des analyses hors-sol. Il est bien conscient que tout est une question de mesure et d’équilibre.

Le chef de l’exécutif a annoncé,  des prochaines  consultations devant traiter notamment de la politique sociale de l’Etat ainsi que d’autres questions économiques, et qui doivent s’étaler sur une période de deux mois et seront sanctionnées par un rapport qui servira de document de référence pour le gouvernement.

Cette première sortie sur le terrain, est une opportunité pour Abdelmadjid Tebboune, d’annoncer la couleur à des algériens avides de nouvelles règles du jeu. C’est bien du premier ministre, désigné par le président Bouteflika,  que doit venir le message de protection, de modération et de rassemblement autour du programme du président de la République. Il s’agit pour l’autorité de l’Etat d’être aux manettes, de ne pas se diluer dans les coups de menton et les tentations prédatrices des uns et des autres. C’est l’un des messages forts de la virée algéroise de Abdelmadjid Tebboune, qui sait bouger les montagnes sans les pousser.

Aghiles Thiziri

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.