Lutte contre la corruption: la justice a traité 3405 affaires durant la période 2013-2016

Lutte contre la corruption: la justice a traité 3405 affaires durant la période 2013-2016
15 juillet 03:06 2017 Imprimer cet Article

Durant la période s’étalant de 2013 à fin 2016, la justice algérienne a traité quelques 3 405
affaires de corruption dont la résolution s’est traduite par la condamnation de  5750 individus. Ces statistiques communiquées à Tipasa par le ministre de la Justice, gardes des sceaux, Tayeb Louh ont ainsi permis de lever le voile sur la guerre sans merci menée contre la pratique de la corruption en Algérie, un des objectifs inscrits en première ligne de l’action de réforme initiée par le Président de la République dans le secteur de la justice, et dont le gouvernement actuel est instruit de mener une lutte sans merci contre ce fléau . « La lutte contre la corruption n’est pas une campagne conjoncturelle, mais un travail mené sur le terrain au quotidien avec la participation de tous les secteurs de l’Etat», révèle le ministre dans son allocution retransmise par le moyen d’une visioconférence dans la totalité des Cours de justice réparties à travers le pays. Il s’agit, précise t-il, «d’une lutte qui ne se limite pas uniquement au volet répressif, mais repose aussi sur la transparence dans la gestion des affaires publiques». De l’avis du ministre, l’approfondissement des réformes initiées par le
Président de la République a ainsi permis à lutter efficacement contre les crimes sous toutes leurs formes, notamment les cas de corruption où diverses atteintes à l’économie nationale. Mettant l’accent sur la nécessité de relancer la loi relative à la déclaration de patrimoine et d’associer les citoyens à la lutte contre ce fléau, M, Louh a assuré que l’action de la justice sera davantage consolidée. C’est ce qui est effectivement prévu, a-t-il argué à travers l’application du Plan d’action du gouvernement qui souligne , d’une part, le recours à des mécanismes plus efficaces dans le cadre de la lutte et la prévention contre la corruption mais aussi la nécessaire intensification de la coordination entre les instances et services de l’Etat en matière de lutte contre les crimes financiers et économiques , d’autre part. Dans cette optique, le ministre de la Justice a plaidé dans ce contexte pour un développement « efficace et transparent» en faveur de tous les enfants de l’Algérie, loin des comportements «illégaux, illicites, voire immoraux», soulignant la nécessité de « définir les obligations inhérentes à la fonction publique et aux services spécialisés afin de préserver la neutralité et la transparence de l’administration».

Ayed Fateh

 

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.