Abdel Dahmana, expert international dans la cybersécurité à infos-premières: « L’Algérie doit mettre en place des dispositifs informatiques de défense »

Abdel Dahmana, expert international dans la cybersécurité à infos-premières: « L’Algérie doit mettre en place des dispositifs informatiques de défense »
17 mai 14:05 2017 Imprimer cet Article

1- Monsieur, Dahmana qu’elle est votre explication à cette grande attaque de grande ampleur qui a touché de très nombreux pays?

La raison est simple, le fait d’attaquer un grand groupe international avec des filiales un peu partout dans le monde est le tour est joué.

De plus, si je prends exemple des opérateurs télécom qui sont présent dans différents continents, ces opérateurs possèdent une messagerie interne qui est chargée de transporter le  »ronsomware » en question entre les différentes boites aux lettres des salariés en exploitant le carnet d’adresse de chacun, est l’attaque devient internationale.

Le virus en question est apparu il y’a quelques mois, cependant, il a été amélioré pour se propager plus massivement et la technique utilisée pour sa propagation est inspirée des attaques massives développées par certains Etats. Cependant, ma conviction me pousse à dire que cette attaque est l’œuvre d’un individu ou un petit groupe qui veut soutirer de l’argent, ce ne sont pas des pratiques Etatiques.

Je pense que l’ampleur de cette attaque est beaucoup plus importante que l’on croit savoir, certaines entreprises préfèrent payer que d’ébruiter l’information car certaines peuvent en pâtir à cause de leur présence en bourse, en effet, une forte chute de leurs titres en bourse peut conduire ces entreprises à de très sérieuses difficultés. Donc, on préfère étouffer l’affaire que d’en subir les conséquences sur l’image de marque.

2-Comment éviter Pareille situation?

Plusieurs techniques existent, mais à la base de toute chose, il y’a l’être humain qui compose la 8ème couche des 7 couches OSI que composent un réseau informatique que les spécialistes connaissent.

En effet, une formation et une sensibilisation aux différentes menaces et vulnérabilités d’un système d’information peut déjà améliorer très sensiblement le niveau de la sécurité d’un système donné.  Une  »hygiène de vie » sur l’usage des outils informatiques est plus que nécessaire, je dirais même obligatoire, chaque entreprise ou administration doit se pencher sur la production d’une charte d’utilisation de ses outils informatiques. Chaque salarié ou collaborateur doit signer la dite charte et surtout de la respecter. Des tests doivent être déroulés afin de s’assurer que la charte soir bien respectée par tous. Aujourd’hui, les systèmes d’informations sont très vulnérables car la mobilité est en plein croissance avec l’apparition des tablettes et des smartphones qui sont reliés aux systèmes d’information des entreprises et administration.

Bien entendu, il faudrait que des dispositifs informatiques de défense soient mis en place afin de se conformer aux dernières recommandations en la matière par les éditeurs et constructeurs du secteur informatique.

Optionnel : A cette effet, un institut sur la sensibilisation des usages informatique et les risques encourus vient de voir le jour en Algérie.

3- Dans un précédent entretien à Infos-premieres.com, vous avez soulevé le problème de la sécurité informatique en Algérie.  Que doit faire l’Algérie?

En effet, j’avais abordé cette problématique des vulnérabilités qui sont multiples à cause des accès distants et des besoins de productivité au sein des entreprises et administrations.

Pour certaines entreprises, l’informatique n’est autre qu’un outil lambda qui sert à être efficace dans la gestion de cette entreprise or aujourd’hui cette outil a beaucoup évolué pour en devenir un outil stratégique car la digitalisation prend une ampleur jamais connue à ce jour.

Il faudrait de se donner les moyens de dompter cette technologie avant de la subir complètement et cela passe par l’appropriation sérieuse des fonctionnements des systèmes d’informations et de leurs maîtrises.

Plusieurs pays, aujourd’hui, dégagent des enveloppes budgétaires afin de sensibiliser et former leur populations aux risques encourus qui sont nombreux, ne serait-ce que à la e-réputation qui peux faire de gros dégâts chez certains utilisateurs, sans parler des risques de perte de données personnelles ou de donnés professionnelles. Une fuite d’un secret industriel ou d’une information sensible peut avoir des conséquences très graves. Tout cela peut provoquer une forte dégradation de l’image de marque, de la réputation et de la valeur d’une administration ou d’une entreprise.

Pour ne citer qu’un seul exemple marquant aux conséquences très graves, l’élection présidentielle Américaine.

Propos recueillis par Sofia Alkhodja

  Categories:
Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.