Abderrahmane Belayat: « On ne ferme pas la porte du dialogue »

Abderrahmane Belayat: « On ne ferme pas la porte du dialogue »
25 octobre 19:05 2016 Imprimer cet Article

« Le départ de Saâdani est une bonne chose quelles que soient la forme ou les raisons qui ont été invoquées pour le justifier, mais il est insuffisant. Il faut que celui qui lui a succédé affiche sa disposition et une sincérité claire à mettre fin à la situation illégitime et illégale à tous égards à laquelle est parvenu le parti. Le nouveau secrétaire général doit en premier lieu mener des contacts avec ceux qui ont rejeté l’illégalité dans laquelle on a noyé le parti depuis fin août 2013 », a déclaré Abderrahmane Belayat dans un entretien au quotidien L’Expression. La chef de file des redresseurs, lance un appel au nouveau secrétaire général, Djamel Ould Abbes, pour l’installation d’une commission ah hoc en vue de « régler » les vrais problèmes du parti. Abderrahmane Belayat  appréhende la prochaine consultation électorale, dans le cas où le parti n’aborde pas ces joutes en rangs unis et serrés. Les redresseurs qui ont applaudis à la destitution de Amar Saâdani, ne sont pas pour autant disposés à se mettre sous l’aile de la nouvelle direction du vieux parti, tant qu’il n’y pas une volonté de mener un travail commun, en affirmant « qu’on ne ferme pas la porte du dialogue ».

Ayed Fateh

 

Voir plus d'articles

A propos de l'auteur

La rédaction
La rédaction

Voir Plus d'Articles
Ecrire un commentaire

0 Commentaire

Aucun commentaires pour l'instant

Vous pouvez être le premier à démarrer une conversation.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. En outre aucunes données ne seront pas partagées avec d'autres personnes.
Tous les champs sont requis.